Financement de la dépendance, le bluff d’Emmanuel Macron? Retour

Financement de la dépendance, le bluff d’Emmanuel Macron?

La dépendance coûte cher, même très cher. Il faut compter en moyenne entre 2000 et plus de 3000 euros par mois (selon le niveau de dépendance) pour faire face aux conséquences de la perte d’autonomie.

Dimanche 15 avril 2018, lors d’une interview, Emmanuel Macron annonce une petite révolution : Le financement de la dépendance par une 2e journée de solidarité. Une journée travaillée et non payée sur le même modèle que la journée de solidarité du lundi de Pentecôte afin de financer la dépendance. Alors bonne ou mauvaise idée?

Les chiffres de la dépendance :

Avant de parler de financement pour la perte d’autonomie, un rapide retour sur les chiffres clés de la dépendance nous sembles nécessaire.

En 2013, la France compte plus de 1,2 million de personnes en état de dépendance, soit tout de même 7% des plus de 60 ans. Ce chiffre va vite grimpe avec le vieillissement de la population pour atteindre plus de 2 millions de personne dépendante autour de 2040. Le financement de la dépendance s’annonce donc de plus en plus compliqué!

Quel est le coût de la dépendance?

Que se soit pour l’Etat ou pour les familles, le coût de la dépendance est actuellement pharaonique!

  • Pour l’Etat il est d’environ 34 milliards par an! En comparaison le budget de la sécurité sociale pour les Accidents du travail et maladies professionnelles était de 13,1 milliard en 2014
  • Pour les familles une aide à domicile est à 2000€ par mois alors qu’un établissement médicalisé est à environ 3000 euros par mois.

Au final, une famille doit dépenser de sa poche (le reste à charge) 1000 euros par mois en moyenne pour faire face à aux nombreuses dépenses liées à la perte d’autonomie.

Avec une retraite moyenne en France de 1283 euros net par mois, il n’est pas compliqué de comprendre le problème du financement de la dépendance

Comment financer la dépendance?

Une réforme sur le financement de la dépendance est attendue depuis des années. Envisagée sous Nicolas Sarkozy puis sous la présidence de François Hollande, elle n’a pour le moment jamais vue le jour.

Et voila qu’une nouvelle piste est envisagée sérieusement. Le financement de la dépendance par une 2e journée de solidarité. Pour faire simple, vous allez travailler sans être payé afin de financer la dépendance.

Sauf que la mise en place d’une 2e journée de solidarité pour financer la dépendance ne devrait rapporter au final d’1 milliard par an. Pour rappel il faut plus de 34 milliard par an pour financer la dépendance. 

A quoi bon dans ce cas mettre en place un 2e lundi de Pentecôte? 34 milliards par an c’est plus que la totalité de ce qu’a rapporté la journée de solidarité depuis sa création, en 2004! Un coup de bluff du président de la république? D’autres solutions de financement de la dépendance doivent donc être envisagé car le compte n’y est pas.

Notre avis :

Si l’Etat veut vraiment réformer le financement de la dépendance, il doit inciter les Français à s’assurer contre ce gros risque qui va coûter de plus en plus cher. Et pour cela il faut une défiscalisation des contrats de dépendance afin qu’une plus grande partie de la population puisse s’assurer contre la perde d’autonomie.

Déduire de ses impôts les cotisations versées pour s’assurer en dépendance reste à notre sens la meilleure solution de financement.

L’autre solution pour financer la dépendance reste bien sûr la création d’une 5e branche pour la sécurité sociale. Après la maladie, la famille, le vieillissement et les Accidents du travail et maladies professionnelles, la dépendance viendrait alourdir le budget de la sécurité sociale de plus de 34 milliards (pour un total de 475 milliards environ en 2014.

Vous pouvez également envisager d’auto financer un contrat d’assurance dépendance. Une solution afin de réduire le coût d’un contrat dépendance.

 

Dernière mise à jour de l’article le 18/04/2018 par Aurélien Dupuis

INFORMATIONS ET DEVIS ASSURANCE DEPENDANCE 

Commentaires

Ajouter un commentaire

Je souhaite recevoir la newsletter Nous On Assure
Oui Non

* Information obligatoires